Soutien à l’Observatoire du nucléaire

La Fédération   antinucléaire   Bretagne appelle à se rassembler devant les préfectures

et  sous-préfectures.

Mardi 18 novembre à 18 h.

Veille du procès AREVA envers l’Observatoire du nucléaire

AREVA ne fera la loi
ni en Bretagne, ni en France,
ni au Niger, ni ailleurs

La Fédération anti-nucléaire Bretagne demande que cesse l’impunité d’AREVA.

L’extraction scandaleuse de l’uranium qui ne laisse qu’un héritage empoisonné aux générations actuelles et futures doit cesser.

Télécharger le tract de soutien à observatoire-18 novembre 2014

Areva
Photo : http://areva.niger.free.fr/

http://observ.nucleaire.free.fr/

URANIUM : le curieux « don » d’AREVA au Niger à nouveau en procès le 19 novembre.

Le versement par la société française AREVA de 35 millions d’euros au budget du Niger dont 15 millions directement affectés à l’achat de l’avion présidentiel reviendra sur le devant de la scène, mercredi 19 novembre 2014. Ses pratiques dans les mines d’uranium de ce pays
que certains opposants ont qualifié de mafieuses, en plus d’être polluantes et toxiques seront forcément évoquées.
Le procès qui oppose l’Observatoire du nucléaire et son directeur Stéphane Lhomme à la multinationale de l’atome, AREVA, se tiendra mercredi 19 vendredi 20 décembre 2013 à 13h30 au Tribunal de Grande Instance (TGI) de Paris à la 17ème chambre. Un rassemblement est prévu à partir de 13h devant le TGI de Paris, 4 bd du Palais, métro Cité. Dans un communiqué du 11 décembre 2012, l’Observatoire du nucléaire dénonçait des manoeuvres corruptives de la part d’AREVA envers le président du Niger suite à un «curieux don» de plusieurs dizaines de millions. Cette soudaine générosité fut dans un premier temps nié, puis reconnu, enfin bizarrement annulé quelques mois plus tard. Est-ce suite à la mise au grand jour de la manoeuvre par l’Observatoire du nucléaire ?
Etrangement, en première instance, le TGI n’a pas voulu retenir les preuves indiscutables présentées par l’Observatoire du nucléaire qui mettait en pièces l’accusation de diffamation portée par AREVA. La raison d’Etat en matière de nucléaire sera-t-elle encore la plus forte ? Ce nouveau jugement échappera-t-il à cette pression ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.