Communiqué du 18 avril 2016 : Rassemblement à Brennilis le 23 avril et vélorution Crozon-Île-Longue le 24 avril

Fukushima il y a 5 ans, Tchernobyl il y a 30 ans, Three Mile Island il y a 38 ans, Kytchym et Sellafield il y a 59 ans, devons-nous accepter que la liste des catastrophes nucléaires s’allonge ? Combien de temps vivrons-nous encore avec la menace des armes nucléaires qui ont détruit Hiroshima et Nagazaki il y a  presque 71 ans ?

Brennilis.07-6f72eLe nucléaire est une énergie de destruction massive. De la mine d’uranium aux déchets en passant par l’exploitation des réacteurs et leur démantèlement, ou encore la préparation des ogives nucléaires, un lourd tribut est payé par les travailleurs du nucléaire, l’environnement et la population forcée d’habiter sur les zones contaminées.

Le nucléaire est une énergie qui empêche la démocratie. Société nucléaire, société militaire, scandaient les manifestants des années 70-80. Les derniers événements malheureusement leur donnent raison. La menace avérée d’attentats sur des sites nucléaires, qui a  fait se réunir 50 chefs d’Etat à Washington le 31 mars, a été l’occasion de renforcer encore l’arsenal policier, militaire et répressif.

Le nucléaire est moralement, socialement, économiquement inacceptable. Comment peut-on accepter une industrie aussi mortifère qui ne peut fonctionner sans le sacrifice de ses travailleurs, sans rendre inhabitables des régions de plus en plus étendues, sans hypothéquer gravement la santé actuelle de millions de personnes et celle des générations futures à qui on lègue le poison de déchets radioactifs qu’on ne sait pas confiner, sans un coût qui s’avère de jour en jour pharaonique, sans injection massive d’argent public et un endettement colossal ?

La centrale nucléaire de Brennilis, en Bretagne. - SIPA
La centrale nucléaire de Brennilis, en Bretagne. – SIPA

Deux lieux symboliques ont été choisis:

Brennilis, où se déroule un démantèlement tellement dément avec des déchets nucléaires radioactifs pour des millions d’années.

Île-Longue, base des sous-marins français, lanceurs de missiles nucléaires, menace permanente de la destruction d’un quart de la planète

30 ans après l’explosion du réacteur de Tchernobyl et 5 ans après ceux de Fukushima, la Fédération anti-nucléaire Bretagne organise à Brennilis le 23 avril 2016 et à l’Île-Longue (Crozon) le 24 avril deux journées de rassemblement avec films, débats, conférences, marche, fest-noz, vélorution pour l’arrêt immédiat du nucléaire civil et militaire. Mobilisons-nous massivement pour qu’enfin la page du nucléaire soit tournée.

Programme

Samedi 23 avril 2016

Ø  A la salle polyvalente de Brennilis, à partir de 10 heures, Mona et Michel Hugot de l’association Enfants de Tchernobyl Belarus nous présenteront leur film réalisé en 2015 sur le laboratoire Belrad créé par Vassily Nesterenko au lendemain de la catastrophe de Tchernobyl (20 min) et répondront à vos questions sur la situation dans les territoires contaminés par la catastrophe de Tchernobyl. Le magnifique livre de photographies Tchernobyl for ever sera en vente.

http://enfants-tchernobyl-belarus.org

Ø  À 14 heures, Roland de Penanros de l’Université européenne de la Paix présentera un diaporama sur la situation du nucléaire militaire et Alain Rivat de Stop nucléaire 56 en fera le lien avec le nucléaire civil. Il parlera de la nécessité de se mobiliser pour un arrêt immédiat du nucléaire civil et militaire.

Ø  À 16 heures, marche pour se rendre à la centrale de Brennilis. En tête de cortège, la stèle à l’irradié inconnu.

Ø  À 17 heures projection d’un extrait du film Brennilis, la centrale qui ne voulait pas s’éteindre (20 min), suivie de l’intervention d’Annie Thébaud-Mony, directrice de recherches à l’INSERM et de Michel Marzin, ancien technicien de la centrale de Brennilis.

Ø  Buvette et restauration sur place à la salle polyvalente de Brennilis, stands des associations, vente des œufs peints pissanki au profit de l’association Enfants Tchernobyl.

http://www.lesenfantsdetchernobyl.fr

Ø  Clôture de cette journée par un fest-noz.

Dimanche 24 avril

Ø  À 11 heures, départ de la vélorution à Crozon (ancienne gare) pour une arrivée devant la base de l’Île-Longue. Pique-nique au port du Fret

Contacts presse : Chantal Cuisnier : 06 84 14 58 87 ; Alain Rivat : 06 65 72 31 66 ; Marie Nicolas : 06 72 50 89 14.

Fédération anti-nucléaire Bretagne

31, rue Guillaume-Le-Bartz – 56000 VANNES

Email : contact@fan-bretagne.org – Tel : 06 65 72 31 66 – Site : http://fan-bretagne.org/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *