Communiqué du 10 octobre 2014. 1er Salon du nucléaire au Bourget du 14 au 16 octobre : une provocation indécente au lendemain de Tchernobyl et Fukushima

Appelé World Nuclear Exhibition, certains le traduisent ironiquement «1ère foire mondiale exhibitionniste de l’automne atomique ». Ce premier salon du nucléaire se tiendra du 14 au 16 octobre au Bourget. Il apparaît comme une farce grotesque, dérisoire pour sauver un nucléaire en plein naufrage après les catastrophes successives de Tchernobyl en 1986 et Fukushima en 2011. Car cela ressemble à une tentative désespérée de vouloir à tout prix développer une technologie condamnée au déclin en raison de ses deux tares :

– le risque de catastrophe probable

– les déchets nucléaires.

 paris lutte

Si le Washington Post avait désigné en 2009 le président Nicolas Sarkozy comme « le vendeur le plus agressif au monde dans le commerce nucléaire », force est de constater que le relais a été bien repris sous la présidence de François Hollande avec l’initiative de cette foire.

En faisant l’analogie avec le salon de l’aéronautique, le directeur de cette foire, Monsieur Kottmann, ose faire croire que la France maîtrise la technologie de A à Z ; il banalise ainsi celle-ci pour la proposer au monde entier. Or ni les déchets, ni la sûreté, ni les nouveaux réacteurs, ni le vieillissement ni le démantèlement des installations ne sont maîtrisés par AREVA et EDF. Et pour faire diversion, la loi de transition énergétique est mise en avant.

Le nucléaire est dangereux, moralement et socialement inacceptable, coûteux. Une faillite financière et économique se prépare : l’action AREVA a chuté de près de 40% depuis début 2014, plus de mille licenciements au Niger chez les sous-traitants d’AREVA, un déficit de plusieurs milliards se profile avec les retards de l’EPR Finlandais et l’arrêt de la maintenance des 54 réacteurs au Japon.

C’est à chaque citoyen français d’aider à amplifier le refus du nucléaire pour toutes ces raisons et de contribuer à la mise à l’arrêt immédiat de toutes les installations nucléaires.

Contacts presse :    Marie Nicolas : 06 72 50 89 14 / Chantal Cuisnier : 06 84 14 58 87 / Alain Rivat : 06 65 72 31 66

La Fédération Anti-nucléaire Bretagne a été constituée le 27 octobre 2012 à Pontivy. Elle a pour but de structurer et d’amplifier l’action régionale du mouvement antinucléaire breton, et d’agir pour l’arrêt immédiat du nucléaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.