Tous les articles par Alain Vannes

Colloque Régional Mines d’Uranium / Radon – Vannes 28 avril 2018

Les vidéos du Colloque

Si la situation des terres contaminées suite aux catastrophes nucléaires de Fukushima (11 mars 2011) et Tchernobyl (26 avril 1986) est globalement connue du grand public, il n’en est pas de même des contaminations radioactives laissées par l’exploitation de plus de 250 mines d’uranium en France. Elle lègue plus de 200 millions de tonnes de déchets radioactifs dont 50 millions de résidus. 11 millions d’entre eux sont stockés sur l’ancien site de l’usine de l’Ecarpière à proximité de Clisson en Loire-Atlantique. En Bretagne et ailleurs, des prés, jardins, bois, cours, terrains de jeux, parkings, sentiers de randonnée présentent de fortes anomalies radioactives

Aussi pour informer sur cette situation méconnue du grand public, la Fédération anti-nucléaire Bretagne (Fan-Bretagne) a organisé le samedi 28 avril de 10h à 20h à la Maison des Associations de Vannes un colloque sur les anciennes mines d’uranium et le risque radon.

10h-12h : Exposé des associations du Collectif Mines d’Uranium

Les associations de Bretagne et Pays de Loire du Collectif Mines Uranium (CMU) ont exposé de 10h à 12h la situation découverte et ont parlé de leur difficile combat patient et tenace contre ORANO (ex-AREVA) pour faire respecter les règles élémentaires de radioprotection du public.

14h-16h : Conférence débat de Syliane Poulenard – CRIIRAD – sur le risque Radon

Sylviane Poulenard, vice-présidente de la CRIIRAD, a parlé d’un gaz radioactif omniprésent dont elle a pointé le risque depuis 1988 : le radon que l’on trouve très présent dans les anciennes mines mais aussi dans les massifs granitiques, les maisons, les bâtiments publics (écoles, mairies…) et donc ici en Bretagne.

17h – 19h : Projection de rushs d’un documentaire en préparation sur les anciennes mines d’uranium, en présence du réalisateur Larbi benchiha, et conclusions du Colloque

Au moment où le risque de catastrophe nucléaire en France grandit, où la recherche extractive en Bretagne risque de reprendre à proximité des filons d’uranium, où le risque radon augmente dans nos habitations de plus en plus confinées, quelles revendications et quelle action ?

Contacts des associations participantes :

Association Moine et Sèvre pour l’Avenir
(Site de l’Ecarpière – 44)
moineetsevre@gmail.com

Association Cap Radioactivité
(Site de Guérande / Piriac – 44)
cap.radioactivite@free.fr

Association Roz Glas
(Concession de Lignol – 56)
rozglas@laposte.net

Association NORIA
(Concession de Malllèvre – 85)
05 49 81 97 44

CRIIRAD
29 Cours Manuel de Falla
26000 VALENCE
Tél : 04 75 41 82 50
contact@criirad.org
www.criirad.org

Stop nucléaire 56 Trawalc’h
contact@stop-nucleaire56.org

Organisation

Fédération anti-nucléaire Bretagne
31 rue Guillaume le Bartz
56000 VANNES
tél. 06 65 72 31 66
contact@fan-bretagne.org
www.fan-bretagne.org

 

Communiqué : Colloque Régional Mines d’Uranium / Radon – Vannes 28 avril 2018

Terres contaminées à Fukushima, Tchernobyl…  mais la Bretagne concernée aussi. 

 Colloque sur les anciennes mines d’uranium et le risque radon
Samedi 28 avril à Vannes 10h – 20h
Maison des Associations
31 rue Guillaume Le Bartz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Continuer la lecture de Communiqué : Colloque Régional Mines d’Uranium / Radon – Vannes 28 avril 2018 

Communiqué du 11 décembre 2017. Catastrophe nucléaire à l’Ile Longue : ils vous y préparent !

La catastrophe nucléaire en France n’est plus à exclure, aussi les différentes structures étatiques réfléchissent à la façon de faire accepter à la population l’inéluctable situation de vivre en zone contaminée tout en donnant l’illusion qu’ils maîtrisent la situation. Ce sera le sens de la « simulation d’accident nucléaire» prévue les 12 et 13 décembre dans la rade de Brest sur la presqu’île de Crozon, à l’Ile Longue où sont stationnés les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE).

Le documentaire diffusé sur ARTE le 5 décembre 2017 « Sécurité nucléaire : le grand mensonge » montre justement comment la France a construit et accru sa vulnérabilité avec la multiplicité de ces sites nucléaires, et se montre incapable de faire face au risque grandissant du terrorisme. Des drones ont survolé le site de l’Ile Longue en 2015 mais à ce jour nous ne connaissons ni les auteurs ni le but ce survol.

Continuer la lecture de Communiqué du 11 décembre 2017. Catastrophe nucléaire à l’Ile Longue : ils vous y préparent ! 

3ème Forum Social Mondial Antinucléaire – Novembre 2017

Plus de 300 personnes et 60 organisations (1) venues des quatre coins de la planète se sont réunies et rencontrées à l’occasion du 3ème Forum Social Mondial Antinucléaire (FSM-AN) qui s’est déroulé cette année à Paris du 2 au 4 novembre. Pendant quatre jours les militants et activistes agissant contre le nucléaire civil et militaire ont débattu du sens de leur engagement et des meilleurs moyens à mettre en oeuvre pour abattre la domination des extrémistes nucléaristes et mettre un terme au règne de la terreur atomique.

Des membres de la fédération antinucléaire de Bretagne étaient également présent.e.s.

Source : Coordination Antinucléaire du Sud-Est

 Voir également le site  : http://fsm-antinucleaire2017.nuclearfreeworld.net/


Continuer la lecture de 3ème Forum Social Mondial Antinucléaire – Novembre 2017 

Cuve défectueuse de l’EPR de Flamanville : honteuse acceptation de l’ASN.

Communiqué du Collectif Anti-Nucléaire Ouest du 12 octobre 2017
Près de 2000 personnes sont venues samedi 30 septembre 2017 à St-Lô exiger l’abandon du chantier EPR et accompagner la remise de la lettre* à la préfecture de la Manche, lettre adressée au président Emmanuel Macron et à ses ministres Mrs Philippe, Hulot et Mme Buzyn. Dans cette lettre, le Collectif anti-nucléaire Ouest insistait sur le caractère désastreux à tout point de vue du chantier de l’EPR de Flamanville, le risque de catastrophe avec une cuve qui peut rompre. Elle rappelait leur pouvoir de dire non et de mettre fin à ce scandale d’Etat .

Nos gouvernants sont-ils capables de prendre la mesure de leurs responsabilités malgré l’avis publié ce 11 octobre par l’Autorité de Sûreté Nucléaire ? Cet avis prépare la dérogation future permettant d’autoriser l’utilisation de la cuve. Par cet avis, elle faillit à sa mission de protection de la population. Son système de contrôle a été incapable de détecter les malformations dissimulées pendant plus de 10 ans et avouées par l’industriel AREVA une fois son forfait accompli quand la cuve a été scellée dans le réacteur. La tromperie sera-t-elle érigée en valeur suprême au mépris des populations ? Depuis des mois des révélations et enquêtes dévoilent les dessous chocs de fabrication des calottes, les dernières étant celle publiées dans Reporterre**

Continuer la lecture de Cuve défectueuse de l’EPR de Flamanville : honteuse acceptation de l’ASN.