Communiqué du 21 mai 2014 : Lettre ouverte et réponses des listes candidates aux élections européennes de la circonscription ouest

AE2D – Agir pour un Environnement et un Développement Durables (29), Collectif Sortir du nucléaire – Pays de Saint Malo (35), CRABES (29), Fédération Anti-Nucléaire Bretagne, Libre Canut (35), Sortir du nucléaire Cornouaille (29), Sortir du nucléaire Pays nantais (44), Sortir du nucléaire Pays de Rennes (35), Sortir du nucléaire Trégor (22), Stop nucléaire 56 Trawalc’h (56), Université Européenne de la Paix (29), Vivre dans les monts d’Arrée – Bevañ e Menez Are (29)

Adresse de contact : contact@fan-bretagne.org
Fan Bretagne – 6 rue de la Tannerie 56000 VANNES – 06 65 72 31 66

– Télécharger le PDF : Lettre ouverte et Réponses européennes 2014
– A voir également le tableau récapitulatif en PDF : Réponses européennes 2014
– Sur le site  : http://fan-bretagne.org/reponse-listes-les-europeennes-2014-lettre-ouverte/

Douze associations et collectifs de la circonscription ouest pour les élections européennes 2014 ont envoyé le 6 mai une lettre ouverte aux listes candidates. Cette lettre1, à l’issue d’un court panorama du nucléaire civil et militaire en France, posait cinq questions fondamentales :

  1. Êtes-vous oui ou non pour l’arrêt immédiat du chantier EPR ?
  2. Êtes-vous oui ou non pour l’arrêt des réacteurs de plus de 30 ans ?
  3. Êtes-vous oui ou non pour une sortie du nucléaire ? Si oui, sous quel délai ?
  4. Êtes-vous oui ou non pour l’abolition unilatérale des armes nucléaires sur le territoire européen ?
  5. Quelles actions touchant au nucléaire envisagez-vous de mener au parlement européen (abolition d’Euratom, des armes nucléaires, solidarité internationale, contrôle de l’utilisation des fonds européens,…) ?

Dix listes ont répondu2 à ce questionnaire (par ordre alphabétique) : Alliance Royale, Démocratie Réelle, EELV, Europe Démocratie Esperanto, Front de Gauche – Myriam Martin3, Mouvement Socialiste Alternatif, Nouvelle Donne, NPA, UDB, UPR.

Une liste a répondu qu’elle ne se prononçait sur aucune question de par son rôle d’ « écho » citoyen (Démocratie réelle) tandis que l’UPR se prononce pour la sortie de l’UE, un débat national sur le nucléaire se concluant par un référendum et le maintien de la dissuasion nucléaire en France.

Le Mouvement Socialiste Alternatif, qui se prononce pour la sortie du nucléaire avec une transition énergétique efficace, envisage de développer une fusion nucléaire « propre ». Si le volume des déchets hautement radioactifs peut sembler en première approximation moindre, c’est oublier la très forte irradiation des bétons et métaux, la production d’énormes quantités de tritium radioactif sans compter le risque d’explosion (bombe H) et le coût faramineux du projet ITER !

Huit listes se prononcent pour une sortie du nucléaire : sans délai précis (Nouvelle Donne), progressive (EELV, UDB), en 10 ans (NPA) ou 15 ans (Front de Gauche – Myriam Martin). Hormis Nouvelle Donne, ces listes semblent écartelées entre un arrêt rapide du nucléaire compte tenu du risque que font courir des réacteurs obsolètes et des considérations économiques ou environnementales (réchauffement climatique). Toutes s’accordent néanmoins sur l’arrêt du chantier du réacteur EPR de Flamanville : « trop coûteux », « danger pour la sûreté », « conditions de travail déplorables »,…

En dehors de l’Alliance Royale, de Démocratie réelle et de l’UPR, toutes les listes se prononcent pour l’abolition ou un désarmement nucléaire global. Beaucoup soulignent le rôle majeur que pourrait jouer la France en faveur de la paix par un désarmement unilatéral (EELV, Front de gauche – Myriam Martin, UDB,…).

Difficile de résumer toutes les initiatives envisagées au niveau Européen par les listes ayant répondu positivement à une action anti-nucléaire : actions contre les programmes de recherche, contre les transferts de technologie, transparence, sécurité, solidarité avec les territoires contaminés à Tchernobyl et Fukushima, développement des alternatives énergétiques, transition énergétique ambitieuse,…

Il faut remarquer que 15 listes n’ont pas répondu à cette lettre ouverte, et notamment le Front National, le PS, l’UDI-Modem et l’UMP.

Les réponses montrent qu’il est encore nécessaire de réaliser un gros travail d’information sur le nucléaire auprès des partis politiques, des élus nationaux et européens. Il est aussi nécessaire de remobiliser non seulement les citoyens français, mais aussi européens car le risque nucléaire ne connaît pas de frontières. Pour en finir avec cette épée de Damoclès, il y a urgence à arrêter immédiatement le nucléaire en France et en Europe.

Cette lettre a été l’occasion d’un nouveau contact avec des partis politiques qui semblent pour la plupart en demande d’information et de confrontations d’idées. C’est une première étape que nos associations et collectifs poursuivront après les élections européennes.

Pour le collectif d’associations
Alain Rivat

Adresses mail des 12 associations :

ae2d.eco@gmail.com ; contact@fan-bretagne.org ; crabes.kemper@no-log.org ; emmanuel.lebrun@educagri.fr ; sdnpaysdestmalo@gmail.com ; contact@sdn-rennes.org ; sortirdunucleairecornouaille@yahoo.fr ; sdn-tregor@laposte.net ; sortirdunucleairepaysnantais@laposte.net ; stop-nucleaire56@laposte.net ; penanros@free.fr ; vimonda@laposte.net

1 & 2 : documents joints en PDF
3 : le Front de Gauche est un rassemblement d’organisations et citoyen-ne-s qui ont sur le nucléaire des points de vue qui peuvent diverger.Les réponses citées sont celles de Myriam Martin, tête de la liste Front de Gauche pour la circonscription Grand Ouest.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *